mai 20

Retour sur les rencontres avec François Simon et Alain Fillola

Sur la troisième circonscription, je ne vous apprends rien, Alain Fillola a décidé de se présenter en « socialiste indépendant » contrant ainsi les accords PS EELV représenté par François Simon. Leur ambition à tous les deux est de battre Jean-Luc Moudenc UMP.

Nous nous sommes rencontrés, à leurs demandes, l’un dans un bistrot place du Salin, l’autre dans un bistrot place Saint-Etienne, au coeur de la 3 ème circonscription donc :) . Ils sont venus tous deux avec leur équipe de campagne, moi, avec Ludovic Roif, suppléant. J’ai été ravie de ces rencontres, tous deux à l’écoute, curieux de notre programme et de nos désirs politiques. Cependant, j’ai ressenti (ceci est très personnel) chez l’un une baisse de la fibre politique, chez l’autre une ambition très affichée. Je vous laisse deviner ;) .

Tous deux m’ont appris des choses très intéressantes, comme l’interdiction dans les années 70 de pouvoir emprunter à plusieurs pour des habitats collectifs (je ne savais pas) empêchant ainsi des solutions intéressantes en habitat partagé, ou la difficulté de mettre en place la démocratie participative, les habitants, ne sachant pas, ou ne voulant pas participer à des réunions publiques qui ont pourtant bien lieu. Je les ai interpellé sur la notion du mandat de député, trouvant que tous deux se focalisent trop sur Toulouse dans leur campagne, alors qu’il s’agit d’un mandat national. L’un m’a dit que les électeurs attendent cela, l’autre qu’il était important d’avoir un ancrage territorial. Et pourtant Mélenchon, hein, qu’est-ce qu’il va faire à Hénin-Beaumont, hein ? Tiens, je n’ai pas de nouvelles de Martine Croquette FDG, je serai ravie de la rencontrer aussi …

Mon sentiment ? Mon réel sentiment ? Ce sont tous deux de très sympathiques messieurs, mais vieille école, vieille façon de concevoir la politique et la société. Hélas, pour sortir des crises successives dans lesquelles nous sommes empêtrés, nous avons besoin de sortir maintenant des cadres de pensées habituels. Avec 3 allumettes on peut faire un carré, si ( http://www.volja.fr/tag/allumettes ) ! Il est temps de se réapproprier la démocratie, dans un monde en pleine turbulence, « nous ne résoudrons pas les problèmes avec les modes de pensée qui les ont engendré ». Ce serait d’Albert Einstein … :)

Au Parti Pirate, nous ne savons pas encore quel sera notre score le 10 juin, mais si nous tentons de pirater la politique, nous sommes autant ravis d’être piratés, pour que le monde bouge et dans le bon sens ! Pour cela, ce serait plus facile si vous votiez pour vous/nous ! :)

mai 13

Les circonscriptions pirates de Haute-Garonne

Je sais bien, vous voulez voter pour moi :D , mais pas sûr d’être dans la 3ème circonscription ?

Par ici, la superbe carte pour vérifier:

La superbe carte faite par un pirate

Hé, oh, mais il y a plein de pirates ! Alors, ce n’est pas grave si vous n’êtes pas dans la 3ème, ils sont presque partout ! Votez pour eux ! :)

Et hop, une autre carte pour la France, ils sont vraiment partout !

mai 13

Le mot de Ludovic Roif, suppléant

Je m’appelle Ludovic Roif. Né en région parisienne, je suis passé par des études de commerce à Reims puis deux années à Londres avant de rejoindre à nouveau Paris, où j’ai travaillé dans le secteur naissant d’Internet. J’ai déménagé dans la ville de Toulouse en août 2009. Je venais d’avoir 40 ans et l’envie de vivre une autre vie. J’ai découvert une ville à échelle (encore) humaine, un rythme plus calme. J’ai rapidement aimé ses fontaines où l’on se retrouve le soir pour échanger autour d’un verre, cette jeunesse gaie et vibrante venue des 4 coins du monde pour étudier, toutes ces personnes qui montent des associations, créent des festivals, se lancent dans des entreprises. J’y ai vu une ville qui veut conserver ses racines tout en contemplant l’avenir et ses innovations avec positivisme.
J’y ai vu surtout des personnes passionnées par leurs activités, prêtes à beaucoup d’initiatives, même à participer à un parti qui possédait quelque chose comme 10 adhérents dans la région au début … C’est ainsi que j’ai rejoint le Parti Pirate… emmené par l’enthousiasme de Carole Fabre avec qui je partageais déjà plusieurs idées.
Mais c’est aussi le rêve qui m’a  attiré au Parti Pirate. Dans Parti Pirate, il y a d’abord pirate :  l’image du pirate voguant sur les océans selon ses propres lois, épris  de liberté, allant droit face aux vents, à la recherche de trésor, pas  vraiment comme un but en soi, mais plutôt comme prétexte à un chemin  d’aventure. Voilà sans doute pourquoi j’ai rejoint ce mouvement … un  appel à retrouver de la poésie, à construire un autre monde … Utopie ? Oui bien sûr, et je revendique même l’importance de créer de nouvelles utopies. Admirateur de Henri Laborit, biologiste reconnu pour son  travail sur les maladies psychosomatiques, j’ai gardé en particulier de  son travail, le besoin absolu de fuir quand les circonstances de vies deviennent bien trop difficiles. Et il est possible de fuir de nombreuses manières, en s’inhibant, en se suicidant concrètement, en  s’assommant de drogues (alcool, médicaments, travail) ou bien et c’est  la solution que je retiens en étant créatif. L’être humain est  d’abord un être d’action. Il possède un cerveau pour l’aider à choisir  la bonne action, pas à rester dans la non-action.
Et le Parti Pirate propose justement d’agir différemment. C’est un appel à revisiter nos mythes, nos croyances pour ouvrir vers de nouveaux horizons. Sortir de l’ère de la  possession pour entrer dans celle du partage notamment, qui remet au goût  du jour un élément central dans ma vie, la notion de convivialité (dans le sens «vivre ensemble»). Alors oui j’ai rejoint le Parti Pirate pour participer à l’élaboration de nouvelles convivialités.
mai 12

Une campagne législatives de « vieux pépés » ?

« Vieux Pépés » est l’expression qu’a utilisée Michel Serres dans cet article « Cette campagne présidentielle est une campagne de vieux pépés ! » Je vous invite à lire cette interview avant de poursuivre si vous ne l’avez pas déjà lu.
Extrait :
« De même qu’un train au démarrage présente une force d’inertie, une résistance physique, la classe politique n’a pas encore pris acte des mutations de notre temps. Elle ne mesure pas le changement social qu’induisent les nouvelles technologies. »

Dans la 3ème circonscription de Haute-Garonne, où je me présente, je pense être au cœur de cette inertie. Du rififi, des batailles, les mots combat, alliance, battre, ennemis, victoire, hum, c’est la guerre ou quoi ?

Les objecteurs de croissance qui auraient aimé que je ne me présente pas, parce que, ben, j’ai pas tout compris, un micmac avec leur programme qui ressemblerait à celui du Parti Pirate (ah bon?), le NPA qui ferait alliance avec eux pour combattre le candidat écolo qui n’est pas assez écolo … pfff , mais je m’en tamponne la coquille de Caliméro !
Puis, le candidat PS, plus PS que le candidat EELV-PS, qui se présente pour battre le candidat UMP, et ben, vous savez, je m’en tamponne aussi la coquille de Caliméro, car je suis candidate pour le Parti Pirate !
François Simon et Alain Fillola veulent me rencontrer et c’est vraiment avec plaisir que j’échangerai avec eux, je vois bien leur politique ancienne, d’une autre époque, ah, si je pouvais juste envoyer  un virus dans leur programme, car ce sont des idées que je veux faire passer, pas une bataille politique ! Je rencontrerai également avec plaisir Jean-Luc Moudenc, s’il le désire.

Voyez, nous, au Parti Pirate, nous voulons hacker la politique ! Nous ne sommes pas anonymes, mais nous sommes légions,  nous ne pardonnons pas, nous n’oublions pas, redoutez-nous ! Car nous voulons changer cette démocratie de pacotille !

Pour la première fois, nous sommes nombreux en France à se présenter aux élections législatives 2012, pas pour le plaisir de prendre le pouvoir, mais parce que nous avons anticipé le monde présent, le monde qui vient et que nous voulons redonner du souffle aux morts-vivants !

Votez pour vous/nous le 10 juin 2012 !

mai 07

Présentations

Je me présente, je m’appelle Carole Fabre, j’ai 45 ans et j’habite à Toulouse depuis deux ans. J’en étais partie à 19 ans et … me revoilà toulousaine. Je fais du conseil formation en web social, au sens large, c’est à dire que j’insuffle le partage, la collaboration, la réciprocité, les liens, l’éthique, la responsabilité numérique, que ce soit pour la veille, pour l’identité numérique, pour les médias sociaux, pour le management,  etc … Je donne aussi des cours ponctuellement en université, en école de commerce, au centre de formation du Stade Toulousain, entre autres …

J’ai  plongé dans Internet, oui plongé, en 1996 et depuis je n’en suis pas ressortie #joke :) Petit à petit, il s’est dessiné un chemin nouveau, une autre façon d’envisager les relations humaines, les liens sociaux; la puissance du réseau des réseaux est devenue incontournable. Elle nous a montré une autre voie possible en nous connectant aux autres dans le monde entier, un accès inépuisable aux connaissances, une entraide pour apprendre, l’autonomie pour publier, une voie plus libre, plus responsable ! Mais cette liberté fait peur, surtout à ceux qui dirigent, aux experts, aux enseignants, …, à tous ceux qui pensent avoir autorité sur d’autres. Alors ils reculent et je n’ai pas envie de reculer mais d’avancer. C’est pourquoi j’ai rejoint le Parti Pirate. Je n’avais jamais envisagé avant de rejoindre un parti politique, les trouvant tous à mille lieues des préoccupations essentielles, les regardant fonctionner avec leurs petits pouvoirs, leurs petites visions, leurs fonctions à privilégier. Non, la politique ce n’était pas pour moi. Mais la virulence qui s’est accentuée, et cela dans le monde entier, contre les libertés acquises, numériques ou pas numériques, a fait que j’ai sauté le pas. Insidieusement, certains tentent de faire d’Internet une simple télévision pour consommateur, certains tentent de surveiller et de punir la liberté d’expression, certains tentent de nous mettre en fichier, certains tentent d’empêcher le partage. Et toutes ces tentatives ricochent par effet induit dans la vie de tous les jours. Vidéosurveillance, vidéo-protection, fichage biométrique, scanners corporels dans les aéroports, brevetage du vivant … bientôt les marchandises seront plus libres que les humains. Je ne peux cautionner cela et rester à attendre sans rien faire. La société qui advient est basée sur le numérique, que ce soit la création monétaire, les logiciels boursiers, le vote électronique, …, toute la communication, tous les échanges. Il est temps de décider ce que l’on désire vraiment comme société.

Et il y a des solutions neuves et enthousiasmantes pour sortir du marasme économique dans lequel nous sommes ! Justement avec le numérique qui nous aide pour nous organiser. J’en parlerai dans ce blog et  à l’occasion de nos rencontres.

Une autre raison m’a poussée à me porter candidate. Je soutiens depuis longtemps l’idée d’un revenu de base pour tous. Et le Parti Pirate français le propose en mesure compatible avec le programme national. En Allemagne le revenu de base fait partie du  programme du Parti Pirate. Le revenu de base, c’est une somme d’argent, distribuée à tous les citoyens, sans condition, individuellement, de la naissance à la mort. Un levier nécessaire pour se libérer du travail inutile et enfin oeuvrer pour créer de nouvelles activités essentielles à une économie plus respectueuse de l’humain et de la nature. Cette idée est peu connue, quoique très ancienne et portée par des citoyens du monde entier. J’y reviendrai dans un prochain article de blog. Je sais bien qu’au premier abord, cette idée paraît folle, utopique … et pourtant de nombreux économistes ont calculé le financement, et ironie, on la trouve dans de nombreux cartons de partis politiques. Ils n’osent même pas l’évoquer, et pourtant ils savent bien que c’est une des solutions à la crise que nous traversons, ils n’osent pas l’évoquer, car ils pensent que vous, citoyens, n’êtes pas capables d’appréhender ce nouveau concept … et vous savez, les élections, toussa … c’est qu’il faudrait débattre, sortir d’idées préconçues, vous prendre enfin pour de véritables citoyens responsables, autonomes et libres … sortir du troupeau quoi ! J’y reviendrai !

A bientôt

 

 

 

mai 06

Le Parti Pirate, oui, un choix évident !

« Liberté mon seul pirate » Aimé Césaire

Nous sommes aujourd’hui le 6 mai 2012 et en France, un nouveau Président est appelé araignée, araignée ? Quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ? Les temps changent et il est temps de se métamorphoser …

Les ordinateurs, le numérique, Internet, tout cela est arrivé si rapidement ! Les enjeux du numérique ressemblent étrangement aux enjeux de l’imprimerie, mais avec un temps d’adaptation beaucoup plus rapide, une renaissance en accéléré. Alors, bien sûr, certains ont des difficultés à appréhender ce qui arrive, alors, bien sûr, certains freinent des quatre fers et tentent de retarder la nouvelle société qui arrive. Une société du partage, de la collaboration, de la contribution, une société qui découle du réseau, sans hiérarchie outrancière, sans pouvoir non partagé, sans privation des libertés !

Nous, au Parti Pirate, voulons accompagner ce changement, montrer les directions, les voies à prendre, les écueils possibles. Nous n’avons pas toutes les solutions, et nous avons beaucoup de questions que nous pourrons résoudre ensemble. Nous ne sommes ni à droite, ni à gauche, ni au centre, mais en avant !

Le programme du Parti Pirate en 5 points principaux :

  • Légalisation du Partage… parce qu’il y a des biens qui ne peuvent pas rester privatifs …
  • Lutte contre le fichage abusif … parce qu’un citoyen n’a pas à être catalogué comme une marchandise …
  • Indépendance de la justice … parce que l’on ne peut juger que libre de tout jugement …
  • Transparence de la vie politique … parce que l’on ne peut pas re-présenter le peuple en se cachant …
  • Ouverture des données publiques … parce que les données publiques sont publiques …

D’autres mesures compatibles sont au choix du candidat, j’en choisis trois en priorité :

  • Indépendance et décentralisation énergétique … parce que l’énergie est au coeur de nos activités, elle est à repenser …
  • Protection du vivant … parce que le vivant n’est pas brevetable et ni stérile …
  • Revenu de base … parce que c’est le levier libérateur de nos énergies personnelles pour transformer la société tous ensemble

Oui, le Parti Pirate, un choix évident pour dépasser nos peurs, nos blocages et aller ensemble vers une société libre, partageuse et fraternelle !

PS : bientôt le bulletin, l’affiche et la circulaire à télécharger !